Kouglof cathédrale de Christophe Felder

Kouglof cathédrale de Christophe Felder

Kouglof cathédrale Christophe FelderIl y a des brioches magiques. Vous savez, celles qui vous laissent un souvenir impérissable. Celles que mettez longtemps à trouver puis que vous n’oubliez plus. Celle qui restera votre référence pour toutes les autres.

Pour moi, ce sont des brioches parisiennes que je mangeais dans le bar du quartier parisien de mon parrain à Paris. Elles avaient ce goût de capitale, ce goût de vie parisienne que j’associais aussi au parfum des taxis. J’aimais leur cœur si tendre que je dévoilais lentement en leur ôtant d’abord la tête puis en mangeant délicatement les bords cannelés, un peu grillés, qui avaient le goût  métallique du moule en fer. Je laissais fondre doucement la pâte effilochée sur ma langue, comme un petit bout de beurre. Et le goût si particulier de la brioche se mêlait aux effluves de café alentours.

Ce kouglof restera à jamais lié aux dimanches entre amis, aux brunchs qui s’éternisent, aux enfants qui viennent chipper un bout de bacon, aux bulles de Champagne qui font rire les yeux, à toutes ces histoires que l’on se raconte et qui forgent les amitiés…

J’ai trouvé la recette dans le livre Gâteaux de Christophe Felder et Camille Lesecq et pour rien au monde je n’en changerais une virgule, tant il est parfait! Les seules choses que j’ai modifié au fil du temps, ce sont les temps de repos. Pour que mon kouglof soit prêt vers 11h00 le dimanche matin, Je le prépare la veille, vers 18h00. je raccourcis la première pousse à 2h00/2h30 (souvent sur le balcon qui est plus frais!), puis je mets la pâte dans le moule et je la laisse au réfrigérateur toute la nuit. Au réveil, je me jette dans la cuisine pour sortir le kouglof et faire préchauffer le four. Je prends un thé et je fais cuire mon kouglof. Ainsi lorsque mes invités arrivent, le kouglof est juste tiède…

Ce n’est pas tellement la brioche en elle-même qui est parfaite, mais ce sont toutes les petites finitions qui font de ce kouglof une exception. Surtout ne zappez pas les dernières étapes, ce sont elles qui vont donner la profondeur du goût, la texture si particulière à ce monument de mon brunch!

Souvent mes amis, le goûtent en dernier. Ils pensent qu’il va être un peu sec, un peu “estouffe minou” comme on dit chez moi… Mais j’adore voir leurs yeux briller quand ils avalent la première bouchée. La surprise ajoute au plaisir, pour eux, comme pour moi! Ils sont tout étonnés du moelleux et de la saveur inédite de cette grosse brioche.

Il fallait donc absolument que je vous en parle!

Kouglof cathédrale de Christophe Felder

Kouglof cathédrale Christophe Felder

Par encore-une-lichette Publié: janvier 30, 2018

  • Produit: 1 brioche
  • Préparation: 30 mins
  • Cuisine: 45 mins
  • Prêt dans: 6 hrs 15 mins

Un kouglof particulièrement moelleux et parfumé selon la recette de Christophe Felder

Ingrédients

Instructions

  1. Si vous n'avez pas de raisins secs qui macèrent dans l'alcool chez vous, pensez à faire tremper vos raisins secs au moins une nuit avant de commencer la recette.
  2. Dans le bol du robot, mettez la farine, la levure, le sucre, le miel et le sel. Commencez à pétrir doucement en incorporant le lait et les œufs battus. Quand la pâte se forme, ajoutez le beurre, cuillère après cuillère, pour bien l'incorporez.
  3. Pétrissez à vitesse rapide pendant au moins 10 minutes. La pâte doit devenir bien lisse et se décoller des parois de la cuve. N'hésitez pas à racler les bords du bol de temps en temps.
  4. Ajoutez alors les raisins imbibés essorés. Pétrissez jusqu'à ce qu'ils soient bien incorporés.
  5. Déposez la pâte dans un grand saladier, couvrez de film alimentaire et laissez pousser 2 heures à température ambiante dans une pièce plutôt fraiche. Il faut que la pâte double de volume.
  6. Faites une grosse boule de pâte avec un trou au milieu et mettez-la dans votre moule à kouglof. Recouvrez de film alimentaire et laissez pousser toute la nuit au réfrigérateur.
  7. Le lendemain: sortez le kouglof du réfrigérateur. Laissez-le revenir à température ambiante. Pendant ce temps, préchauffez le four à 170°C.
  8. Préparez le sirop. Mettez l'eau et le sucre dans une petite casserole et faite parvenir à ébullition. Maintenez l'ébullition quelques minutes. Laissez refroidir avant d'ajouter le kirsch et la vanille. Si vous ne voulez pas faire le sirop, vous pouvez aussi utiliser du sucre de canne, ça marche très bien aussi!
  9. Enfournez le kouglof pour environ 45 minutes.
  10. Démoulez votre kouglof dès la sortie du four. Laissez le refroidir une dizaine de minutes sur une grille posée sur une assiette.
  11. Arrosez-le de sirop au kirsch en insistant bien. Il ne faut pas qu'il ressemble à un baba, mais il faut quand même que la surface soit bien imbibée! Attendez 5 minutes. Avec un pinceau badigeonnez le kouglof de beurre fondu, consciencieusement! Patientez 10 minutes. Roulez-le dans le sucre vanillé.
  12. Laissez tiédir avant de mordre dedans!

    WordPress Recipe Plugin by ReciPress

    Related Post

    4 thoughts on “Kouglof cathédrale de Christophe Felder

    1. N’y a t’il pas un probleme dans cette recette ?

      “Pendant ce temps, préchauffez le four à 170°C.
      Faites une grosse boule de pâte avec un trou au milieu et mettez-la dans votre moule à kouglof. Recouvrez de film alimentaire et laissez pousser toute la nuit au réfrigérateur.”
      Donc onpréchauffe le four puis on met une nuit au frigo ? Ca fait une longue chauffe de four ça non ?

      Je suis curieuse quand même 🙂

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous vous demandez comment être prévenu(e) de toutes les nouvelles recettes du blog?

    Facile!

    Inscrivez-vous à la newsletter!